SOUTENEZ LE PROJET DIPENDA

Vous écoutez du jazz et/ou de la musique du monde ?

Vous aimez Aimé Césaire ? Vous connaissez le Congo ?

Vous parlez français, créole, espagnol, lingala ou swahili ?

Vous êtes surtout curieux de découvrir quel peut être le fruit d’une rencontre entre ces nombreux univers ?

Découvrez et soutenez le projet Dipenda dès maintenant !

DIPENDA - Des textes d\'Aimé Césaire à un opéra contemporain en lingala youtube play

A l’heure où l’on assiste à de dangereux replis sur soi, cet « opéra » afro-jazz, à la frontière de l’Afrique, des Caraïbes et de l’Europe est une œuvre salutaire…

Pour nous conter l’épopée de l’indépendance du Congo, Dipenda marie les textes poétiques et engagés d’Aimé Césaire à une réflexion sur l’indépendance sous la plume de Pitcho Wongo Konga. Autour du pianiste, compositeur et arrangeur Fabrice Devienne, un quartet de jazz, un quatuor à cordes, trois chanteuses et un slameur nous offrent un spectacle métissé où le jazz épouse les mots et les mêle à des chansons cubaines et des chœurs africains.

Pour mener à bien ce très beau projet humain, littéraire et musical qui aura lieu les 14 et 15 octobre 2016 à l’auditorium du Musée Dapper, il nous manque encore d’importants moyens ! Contribuez à la réussite de ce projet en faisant un don sur Hello Asso !

Nous vous attendons nombreux le vendredi 14 octobre à 20h30 et le samedi 15 octobre à 20h30 à la Fondation Dapper (35 bis Rue Paul Valéry, 75116 Paris).

Un grand merci de votre soutien !

Les équipes de Dipenda et de l’Association Culture Mozaïk.

Citation du mois

« Sé grenn diri ka fé sak diri »*  Proverbe antillais en créole
* traduction : Petit à petit, l’oiseau fait son nid

« Ndeke azalaka na mabele te, Kasi abokolaka bana na ye » *
Proverbe congolais en lingala
*
traduction : l’oiseau n’a pas de mamelles, mais elle élève ses petits

Citation du mois

« Et surtout que mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de croiser les bras en l’attitude stérile du spectateur, car la vie n’est pas un spectacle, car une mer de douleurs n’est pas un proscenium, car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse »
Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal (1939)